Délégationdes Yvelines

SOLIDARITE

Microcrédit personnel, un outil d’accompagnement

Microcrédit personnel, un outil d'accompagnement

Novembre 2013. Comme chaque mois, Jacqueline Martineau [1], qui habite un petit village proche de Rambouillet, se demande si elle va réussir à joindre les deux bouts. Non pas qu’elle soit dans une détresse absolue, elle s’en sort toujours, mais avec son mari au chômage, c’est juste, juste.

Et soudain, c’est le pépin : le moteur de la (vieille) voiture rend l’âme ! Or, habitant à la campagne, c’est précisément cette voiture qui les maintenait à flot ! Qu’il s’agisse pour elle d’emmener les enfants à l’école ou pour son mari d’aller à des entretiens d’embauche, sans voiture, tout s’arrête. Plus de vie possible. Or, le garage leur annonce 1 500 € de réparations en tout, car les pneus doivent être changés pour passer le contrôle technique. Impossible, bien sûr de réunir une telle somme ! « Même si je peux éventuellement rembourser 50 € par mois, personne ne nous les prêtera ! », se dit-elle.

Grâce au microcrédit, Henri H., un responsable local du Secours Catholique, a pu intervenir. D’abord en construisant avec les membres de la famille Martineau un projet de financement et de remboursement compatible avec leurs contraintes budgétaires. Ensuite en faisant intervenir le service compétent de la délégation du Secours Catholique des Yvelines pour faire l’interface avec les banques.

« Si le microcrédit est pour nous un outil très efficace, c’est pour deux raisons, explique Henri. D’abord parce que le service de la délégation est toujours très réactif, ce qui nous permet de traiter les urgences dont nous sommes témoins, et ensuite parce qu’il nous permet de mieux accompagner les familles dans la gestion globale de leur budget, en revisitant certaines dépenses au profit d’autres, plus utiles, ou en prévoyant mieux d’avance certaines échéances ».

Grâce à cet accompagnement, la famille Martineau a pu éviter le pire. Elle rembourse ponctuellement les mensualités du prêt grâce auquel elle a pu conserver sa voiture, et elle est aujourd’hui, sinon autonome, du moins un peu moins exposée au risque d’impayés.

A contrario, un jeune homme est venu nous voir en mode « consommateur » pour voir si on ne pourrait pas lui avancer de quoi éponger un découvert bancaire ponctuel « pour ne pas payer d’agios ». Il n’avait besoin que d’argent, mais en aucun cas ne voulait aller plus loin, dans une démarche d’accompagnement. Henri l’a naturellement éconduit !

Pour en savoir plus, voir le document « Le microcrédit personnel accompagné » sur le site : http://www.lesclesdelabanque.com

[1] Le nom a été modifié.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne