Délégationdes Yvelines

La permanence « étrangers » de Sartrouville fête ses 15 ans

Témoignages…

La fête du 16 mars 2019 à Sartrouville.

publié en avril 2019

Cette année 2019 marque les 15 ans d’existence de la permanence « étrangers » fondée à Sartrouville par Georgette et Daniel, deux bénévoles engagés de longue date au Secours Catholique auprès des migrants. Particulièrement formée sur le droit au séjour des personnes migrantes, cette équipe accueille les personnes tous les samedis matin et agit en complémentarité avec les autres acteurs associatifs. Georgette : « Au début, nous étions quatre bénévoles, aujourd’hui l’équipe en compte dix. »

Le 16 mars, une vingtaine de personnes se sont rassemblées pour célébrer les « bonnes nouvelles » de l’année. Autour d’un couscous préparé par Karima*, les annonces ont été applaudies : deux logements et trois contrats de travail trouvés, un brevet professionnel passé, trois cartes de séjour renouvelées, deux premières cartes de séjour et une carte de résident obtenues. Pour Daniel, « l’objectif de notre association est de vous aider à vous remettre debout : votre réussite est notre récompense. »

Voici trois témoignages recueillis lors de cette journée :

Karima* et son mari : « Nous avons deux enfants handicapés. En 2014, nous avons dû quitter l’Algérie et nos deux emplois de l’époque faute de structure locale adaptée pour les enfants comme eux. Nous sommes arrivés en France avec un visa tourisme. Nous avons d’abord été hébergés par une amie dans des conditions un peu difficiles. Nous sommes allés tous les quatre, en famille, à la préfecture pour expliquer notre situation. Le Secours Catholique nous a beaucoup aidés. Aujourd’hui, nous avons nos titres de séjour et un hébergement provisoire adapté à notre famille. Nos deux enfants suivent un parcours spécifique. Notre priorité est maintenant de trouver chacun un travail. »

Julie* : « En 2009, j’ai fui la guerre qui faisait rage en Côte d’Ivoire. J’y étais l’adjointe d’une experte comptable. Je suis arrivée en France avec un visa touriste et suis restée ensuite, “sans papiers”, hébergée chez une cousine à Mantes-la-Jolie. Pendant deux ans, j’ai vécu d’expédients dans des conditions très compliquées, heureusement soutenue par la paroisse de Mantes-la-Jolie où je faisais du bénévolat pour la comptabilité. Arrivée à Sartrouville en 2011, j’y ai rencontré Daniel et Georgette, par l’intermédiaire d’une paroissienne. Grâce à eux et au curé de Mantes-la-Jolie de l’époque, j’ai réussi à obtenir une promesse d’embauche comme aide-comptable dans une association de réinsertion et ainsi à avoir une carte de séjour. Depuis 2015, j’y suis en CDI et mes compétences sont reconnues. C’est un poste très polyvalent. Mon directeur dit que je suis “le couteau suisse de la boîte”. Je suis également engagée dans l’équipe de bénévoles de Sartrouville à la permanence “étrangers”. J’accompagne à mon tour les migrants dans leurs démarches. »

Azdin* : « D’origine comorienne, je suis en France depuis 2012. Depuis mon arrivée, j’ai le projet de tout faire pour aider à mon tour mon pays. Une fois mon titre de séjour obtenu en 2015 grâce au soutien du Secours Catholique, j’ai monté une association destinée à aider les jeunes Comoriens. Notre association organise des événements autour de la culture comorienne, qui nous permettent de collecter des fonds pour la construction de terrains de foot ou l’achat d’équipements informatiques. Grâce aux réseaux sociaux, je suis en lien avec des relais locaux dans les villages, ce qui m’assure la bonne utilisation de ces fonds. Nous étions au départ deux bénévoles, aujourd’hui nous somme vingt. En parallèle, je passe bientôt le bac et me renseigne pour éventuellement faire un BTS. »

(*) Les prénoms ont été modifiés.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne