Délégationdes Yvelines

TEMOIGNAGE

Un emploi pour Guillaume

Un atelier pour reprendre confiance dans la marche vers l’emploi.

Recherche d'emploi

Un soir de mars 2014, vers 19 h, le téléphone sonne chez Guillaume, jeune bénévole du Secours Catholique : « Allô ! Guillaume ?, c’est Anthony [1]. Ça y est ! Ils m’ont pris ! Je commence lundi comme vendeur chez Go Sport ! »

Pour Guillaume, cette bonne nouvelle récompense deux mois de travail. Deux mois plus tôt, en effet, ce jeune homme de 22 ans se présentait à l’atelier « informatique et emploi » soutenu par la paroisse du Val-Fourré et qu’anime Guillaume chaque mercredi à Mantes-la-Jolie à partir de 17 h.

Guillaume n’a pas affaire à des cadres en reconversion professionnelle mais à deux populations locales bien ciblées : d’une part des jeunes sans expérience à la recherche de leur premier emploi, voire d’un stage qualifiant, et d’un autre côté des plus de 50 ans accidentés de la vie.

Dans les deux cas, le point de départ peut être assez éloigné de l’emploi et des « cases » prédéfinies qu’affectionnent les recruteurs professionnels. À l’arrivée, il s’agit le plus souvent d’exercer des métiers manuels dans le bâtiment ou les services. Au menu, rien que du classique, apparemment : comment rédiger son CV, sa lettre de motivation, rechercher des opportunités sur internet, travailler sur ordinateur… Mais surtout avoir (ou reprendre) confiance en soi-même et mettre en valeur ses atouts.

Et cela prend du temps. C’est pourquoi, à l’atelier, les entretiens individuels durent en moyenne une heure et demie. Pour prendre le temps de se connaître, de travailler ensemble, de se comprendre. Dans le cas d’Anthony, c’est au troisième entretien de ce type qu’il a lâché : « Dommage que le fait de jouer au foot ne me serve a rien ! ». Il jouait en division d’excellence, mais pour lui ça n’avait rien à voir. Vous imaginez la suite…

Depuis le début de l’année, Guillaume reçoit une dizaine de personnes à l’atelier chaque mois. Elles reviennent souvent plusieurs fois. Une sur cinq, à ce jour, a trouvé ou retrouvé du travail, les autres ont regagné en confiance. La suite ? « Pour aider au départ à briser la glace, nous sommes en train de mettre en place un atelier “billard” !, explique Guillaume. On y parle beaucoup plus librement qu’autour de toute autre table ! »

[1] Le prénom a été modifié.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne