Délégationdes Yvelines

RADIO

Lydie 21 ans 4 enfants, témoigne

Une émission de radio, un moment où Lydie a pu dire ce qu’elle vit, ses difficultés, mais aussi ses joies et surtout son amour pour ses enfants. Une parole qui rend digne.

Novembre 2010, mon équipe locale du Secours Catholique reçoit une demande insistante de la délégation départementale : « Pour une émission de radio, nous recherchons le témoignage d’une personne accompagnée… ». Coup de fil à Lydie ; le « oui » est spontané et heureux ! Le projet est lancé !

Avec Lydie, il y a une relation de proximité, de confiance simple et vraie. Elle s’organise pour ses enfants, elle libère sa matinée, et moi aussi, et nous y allons ensemble. Dans la voiture, on « papote ». Elle se détend, c’est un peu une sortie « entre copines », et le retour sera de même encore plus heureux peut-être.

Lydie a 21 ans et quatre enfants. Son compagnon, le papa des petits, a 30 ans ; il est père de trois autres enfants nés d’une première union. Dans le F3, il y a quatre tout petits en semaine, entre 8 mois et 4 ans, et sept enfants le week-end. Lydie assume cette charge seule. Les revenus du couple sont très faibles. Au moment de l’émission de radio, il y avait un CDD de 4 mois correctement rémunéré et Lydie en était très fière. Mais cela succédait à des mois sans travail, ce qui est à nouveau le cas aujourd’hui.

Le seul horizon de Lydie, c’est le ménage à faire, les lessives toujours à recommencer et l’angoisse de ne pas nourrir ses enfants correctement. Sans week-end, sans vacances. Le quotidien, toujours le même à revivre, jour après jour.

Au milieu de ça, il y a eu cette émission. Un lieu, un moment où Lydie a pu dire ce qu’elle vit, ses difficultés, mais aussi ses joies et surtout son amour pour ses enfants. Avec les obstacles, les blessures, les humiliations, elle a pu dire sa souffrance d’être stigmatisée, suspectée. De ne pas « être une bonne mère ». Lydie est très courageuse, je l’ai souvent vue faire face à des situations très difficiles sans jamais baisser les bras ni s’apitoyer sur elle-même. Pendant l’émission, pour la première fois, j’ai vu des larmes. Peut-être tout simplement qu’en donnant la parole, on redonne une dignité, on redevient quelqu’un, on donne le droit d’être et donc d’avoir mal….

Donner la parole à Lydie, ça a été lui redonner une parole confisquée par le regard des autres. Un regard qui réduit l’autre à sa situation, à un « cas » ! Lydie est aussi passée très brièvement au JT sur France 2. Certains l’ont vue : « Dis-donc, j’ai vu Lydie à la télé. Mais elle est mignonne, je ne m’en étais pas aperçu ! » Et oui, Lydie est mignonne, quand on lui donne un panier pour finir le mois. Il faut juste le voir, et ce jour-là beaucoup l’ont vu, et d’abord ses proches, et surtout son compagnon ; dans son regard, elle a pu voir qu’il était fier d’elle.

Imprimer cette page

Portfolio