Délégationdes Yvelines

Chaîne de solidarité à Maisons-Laffitte

Une histoire vécue qui a impliqué des accueillis du Secours Catholique, des bénévoles et différents services publics la veille de la Saint-Sylvestre.

Chaîne de solidarité à Maisons-Laffitte

publié en janvier 2018

Au matin du 30 décembre, à Maisons-Laffitte, l’équipe locale du Secours Catholique est avertie par une personne régulièrement accueillie qu’une personne dort dans la rue depuis au moins trois jours sous les arcades de la rue de Paris dans l’indifférence totale des passants.

Décidant d’aller voir cette personne et de lui apporter un sac de nourriture et de produits d’hygiène, nous trouvons à l’endroit indiqué un jeune africain, endormi, totalement caché sous un duvet.

Nous commençons à parler avec lui et après avoir émergé de son « sommeil », il nous tend un papier qui dit quelque chose comme : « s’il vous plaît aidez-moi à rentrer dans mon village au Tchad ».

Nous lui proposons pour commencer de nous suivre au local du Secours Catholique pour se nourrir, se changer, et réfléchir à une solution. Il y reste une demi-heure avec nous, mais n’accepte ni nourriture ni vêtements, juste une couverture. Une accueillie présente insiste par ailleurs pour lui donner 10 € !

Il nous dit avoir 17 ans, mais n’a sur lui aucun passeport ni copie de papiers. Après avoir consulté la Croix-Rouge et une autre antenne du Secours Catholique, nous allons ensemble voir la police locale pour qu’il puisse être pris en charge en tant que mineur isolé.

Nous avons été bien accueillis par la policière, qui a réussi à gérer le dossier avec un officier de police judiciaire. Au bout d’une heure trente de recherches, la Maison de l’Enfance, un foyer de Mantes-la-Jolie, pouvait l’accueillir immédiatement : une place était disponible. En début d’après-midi, les policiers ayant d’autres priorités, une bénévole de l’équipe y a emmené notre protégé avec l’aide de son mari.

La suite est une autre histoire, mais ce jeune mineur était content que l’on s’occupe de lui. Il a souri grandement quand on lui a demandé de nous écrire une fois rentré au Tchad ; nous espérons avoir un jour de ses nouvelles…

Imprimer cette page

Faites un don en ligne